Essais


Georges Didi-Huberman

Sortir du noir


2015
Un volume 11,5 x 18, 64 p., 13 illustrations in-texte
ISBN : 9782707329462
6.00 €


« … il crée de toutes pièces, à contre –courant du monde et de sa cruauté, une situation dans laquelle un enfant existe, fût-il déjà mort. Pour que nous-mêmes sortions du noir de cette atroce histoire, de ce “ trou noir ” de l’histoire. »

Ce texte de Georges Didi-Huberman est une longue lettre au réalisateur László Nemes dont le film, Le Fils de Saul, grand prix du Festival de Cannes, sortira en salle le 4 novembre.

ISBN
PDF : 9782707329486
ePub : 9782707329479

Prix : 4.49 €

En savoir plus

Jacques Mandelbaum, Le Monde, 4 novembre 2015

Contre toute attente, Le Fils de Saul, ce mélange de fiction documentée et de conte parabolique, qui appelle pour le moins la discussion, recueille l'assentiment inconditionnel de deux antagonistes. Claude Lanzmann déclare dans Télérama du 24 mai : "Il est jeune, intelligent, beau, et il a fait un film dont je ne dirai jamais aucun mal", pour cette raison que "Le Fils de Saul est l'anti-Liste de Schindler. Il ne montre pas la mort, mais la vie de ceux qui ont été obligés de conduire les leurs à la mort." Georges Didi-Huberman signe, quant à lui, un opuscule dédié au film (Sortir du noir, Ed. de Minuit, 64 p., 6 €), qui est à la fois un adoubement intellectuel du réalisateur et une critique soutenant brillamment l'idée que même les morts de la Shoah demandent à peupler notre imaginaire.
Sortir du noir, c'est donc reconnaître une généalogie, fût-elle imaginaire, avec ceux qu'il a engloutis. Voilà bien l'idée qui semble réunir aujourd'hui des pensées qu'on aurait cru irréconciliables. Parce que le génocide dans sa spécificité enfin établie entre dans l'Histoire au titre de matrice de l'humaine barbarie, parce que l'imagination des hommes qui n'ont rien connu de ce drame exige de s'en emparer.

 




Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année