Essais


Georges Didi-Huberman

Génie du non-lieu

Air, poussière, empreinte, hantise
(Claude Parmiggiani)


2001
Série Fable du lieu , 144 pages
ISBN : 9782707317377
13.80 €


Le genre de lieux qu’invente Claudio Parmiggiani dans la série d’œuvres intitulée Delocazione passe d’abord par un travail avec le souffle : c’est une lourde fumée qui exhale et dépose sa suite, sa cendre, sa poussière de combustion, créant ici toutes les formes à voir. Le résultat : une immense grisaille, un lieu pour l’ascèse de la couleur, l’absence des objets, le mouvement imprévisible des volutes, le règne des ombres, le silence d’une nature morte obsidionale. L’air devient le médium essentiel de cette œuvre, il s’éprouve comme une haleine expirée des murs eux-mêmes. Il devient le porte-empreinte de toute image.
Impossible, dès lors, de ne pas interroger ce souffle – qui détruit l’espace familier autant qu’il produit le lieu de l’œuvre – à l’aune d’une mémoire où l’histoire de la peinture rencontrera les fantômes d’Hiroshima. Cet air mouvant, densifié, tactile, exhale d’abord du temps : des survivances, des hantises. Le résultat est un genre inédit de l’inquiétante étrangeté. Et c’est dans la poussière que nous aurons à le découvrir.
 
* Claudio Parmiggiani est l’un des artiste contemporains majeurs en Italie. L’ensemble d’œuvres analysées dans ce livre, intitulées Delocazione (“ déplacement ”, “ mise en non-lieu ”) se base sur un procédé simple : disposer des éléments – tableaux, objets – dans une pièce, puis faire un feu de pneus dont la fumée grasse se dépose partout. Lorsque les objets sont ôtés, l’œuvre apparaît comme une empreinte de poussière ou de cendre. Ce sont tous ces thèmes qui seront analysés dans le livre.

‑‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑

Maison brûlée (murs, flammes, cendres)
Enfance de l’art et retour des fantômes. Le premier atelier : une maison rouge dans le brouillard. La maison brûle, le brouillard demeure, le rouge se déplace. Deuil et sens du contraste. Image : le feu survivant sous la cendre. Première Delocazione. Le motif de l’échelle et l’éclair d’Hiroshima.

Espace soufflé

Dimension critique de Delocazione. Heuristique du lieu et critique de la peinture. Heuristique du temps et position anachronique. Heuristique du sens et thématique de l’absence. Où l’interprétation diverge des positions de l’artiste. Les deux sens du verbe « souffler ».

Élevage de poussière

L’empreinte n’est pas absence. Trace et cendre : la poussière réfute le néant. Contre la métaphysique, la physique de la poussière.

Nature morte en grisaille

La poussière comme pigment. Grisaille et référence picturale. La question de la sculpture. La question de la lumière.

Empreintes d’ombre

L’ombre selon Parmiggiani : une notion générale et générative. Ombre et empreinte dans leur sens anthropologique. Sous-exposer jusqu’à enterrer.

Maison hantée (cendres, air, murs)

Delocazione comme expérience sensorielle-temporelle. L’empathie selon Parmiggiani : toute chose nous regarde. Rêve du lieu et lieu du rêve. Hantise et atmosphère.


 




Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année