Robert Pinget



© photo : Louis Monier

Repères biographiques

1919. Naissance à Genève, le 19 juillet, dans une famille de quatre enfants. L'enfance est vécue comme un « âge d'or ». Études secondaires classiques. Apprend le violoncelle. Compose de nombreux poèmes, dont certains seront publiés dans la revue Belles-lettres à Genève (1938-1939) et mis en musique par Germaine Tailleferre.
1944-1945. Études de droit. Exerce pendant un an la profession d'avocat.
1946. Quitte Genève pour s'installer à Paris, et étudier la peinture aux Beaux-Arts. Élève de Souverbie. Exposition à Paris en 1950. Voyages : Espagne, Maroc, Tunisie (1946), Grèce (1947), Yougoslavie (1948), Israël (1949).
1950-1955. Opte définitivement pour l'écriture et commence à publier : Entre Fantoine et Agapa, recueil publié à La Tour de feu, Jarnac, 1951 (nouvelles, scénarios, pièces de théâtre). Les nouvelles seront reprises en 1956 par les Éditions de Minuit. Mahu ou le matériau, chez Robert Laffont (1952). Le Renard et la boussole, chez Gallimard (1953).
1956-1959. Graal Flibuste paraît aux Éditions de Minuit. L'entrée de Robert Pinget dans la maison d'édition de Jérôme Lindon fait de lui un des fondateurs du Nouveau Roman, avec Alain Robbe-Grillet, Michel Butor, Claude Ollier, Claude Simon et Nathalie Sarraute réunis sur la célèbre photo prise devant la maison d'édition, rue Bernard Palissy.
Publication de Baga (1958), du Fiston et de Lettre morte, sa première adaptation théâtrale (1959).
1960-1961. Voyages aux États-Unis et au Mexique, où Robert Pinget est invité par la Fondation Ford. Création par Jean Martin de Lettre morte au TNP-Théâtre Récamier, dirigé par Jean Vilar. Première pièce radiophonique : La Manivelle, traduite par Samuel Beckett sous le titre The Old tune, et diffusée sur la BBC en 1960.
Composition de Gibelotte, avec dessins et calligraphie de Matias. Publication de Clope au dossier, et de trois pièces de théâtre : Ici ou ailleurs, suivi de Architruc et de L'Hypothèse (1961).
1962. L'Inquisitoire obtient le Prix des critiques. En septembre, Architruc, L'Hypothèse et La Manivelle sont joués à la Comédie de Paris, dans une mise en scène de Georges Peyrou.
En 1964, Robert Pinget s'installe en Touraine, partageant son existence entre Paris et la campagne.
1965-1966. Publication de Autour de Mortin, dialogues, et de Quelqu'un, qui obtient le Prix Femina (1965).
L"Hypothèse est jouée par Pierre Chabert à la Biennale de Paris. En 1966, le spectacle mis en scène par Beckett, est accueilli à l'Odéon par la Compagnie Renaud-Barrault qui présente un programme Beckett-lonesco-Pinget, baptisé BIP par la critique.
Jean Dewever tourne Lettre morte pour l'ORTF.
1967-1969. Cette chose, livre d'art, est publié chez Denise René, avec dix eaux-fortes de Jean Deyrolle (1967).
Publication du Libera (1968) et de Passacaille (1969).
1970-1971. Représentation à New-York de Lettre morte et d'Architruc, par Le Tréteau de France (Michel de Ré). Michel Mitrani réalise Autour de Mortin pour la télévision (9 juin 1970)
Parution de Fable (récit), et d'Identité, suivi de Abel et Bela (théâtre) en 1971. Abel et Bela est créé en janvier 1971 au Théâtre de l'Absidiole par Olivier Hussenot, Identité en novembre 1972 au Petit Odéon dans une mise en scène de Yves Gasc. En janvier 1971, La Comédie française reprend Architruc, dans la mise en scène d'Olivier Hussenot, au cours d'un spectacle Auteurs nouveaux conçu par Pierre Dux.
Colloque de Cerisy sur le Nouveau Roman, en juillet 1971. Communication de Robert Pinget : « Pseudo-principes d'esthétique » (UGE, « 10-18 », 1972).
1973-1979. Publication de Paralchimie et de Nuit (théâtre).
Abel et Bela est repris au Théâtre National de Strasbourg par Jean-Marie Patte (avril 1973).
Publication de Cette voix (1975).
Paralchimie est créé au Petit Odéon dans une mise en scène de Yves Gasc (janvier 1977). Adaptation de Autour de Mortin par Jacques Seller au Théâtre Essaïon (mars 1979).
1980-1981. Publication de L'Apocryphe (1980). Le Bifteck, scénario de Robert Pinget tiré de Quelqu'un, est tourné par Jean Brard pour la télévision (1981).
1982-1985. Publication de Monsieur Songe (1982), bientôt suivi de ses premiers « carnets » : Charrue (1984), Le Harnais (1985).
Colloque sur le Nouveau Roman, à New York, en 1982. Les « Propos de New York » de Pinget sont publiés dans la N.R.F. en 1983. Voyages : Corée du Sud, Japon, De Maurice. Robert Pinget reçoit la Légion d'honneur (1982).
1985. Publication de Un testament bizarre, suivi de cinq pièces radiophoniques : Mortin pas mort, Dictée, Sophisme et sadisme, Le Chrysanthème, Lubie.
1987. Publication de L'Ennemi.
Adaptation de Quelqu'un par Raymond Segré, mise en scène de Pierre Chabert au Théâtre de l'Avant-Scène à Marseille.
Le Festival d'Avignon présente plusieurs pièces de Pinget : Lettre morte (mise en scène Chantal Morel), La Manivelle et Abel et Bela (Comédie française), L'Hypothèse avec David Warrilow (mise en scène Joël Jouanneau). Lecture du Harnais par Jean-Marie Patte.
À Paris, reprise de Autour de Mortin par Jacques Seller, au Théâtre Tristan Bernard, et d'Architruc au Lucernaire (mise en scène de J. L. Terrade). En décembre, Robert Pinget reçoit le Grand Prix National des Lettres.
1988-1989. New York, Ubu Repertory Theater : « lectures » en anglais de Abel et Bela, Architruc, Lettre morte : versions française et anglaise de La Manivelle. Présentation du film L'Hypothèse avec David Warrilow, tourné par Joël Jouanneau.
Pinget promenade : film de Roland Allard, Marianne Alphant et Marion Scali, à la télévision (18 juillet 1988).
Adaptation de Monsieur Songe par Jacques Seller au Théâtre de Poche Montparnasse (1989).
1990-1991. Publication de Du nerf. Mise en scène de Lettre morte par Gabriel Cinque au Théâtre de Lenche, Marseille.
Robert Pinget reçoit le Grand prix de la création à Genève.
« A Tribute to Robert Pinget », Londres, Institut de Français : conférences, exposition, lecture « bilingue » de De rien, pièce radiophonique, par Robert Pinget et Peter Gale (1991).
De rien, édition de luxe chez Maeght, avec des illustrations de Arroyo. Publication de Théo ou le Temps neuf.
1992. Création de L'Inquisitoire au Théâtre Vidy de Lausanne, mise en scène de Joël Jouanneau avec David Warrilow. Reprise au Théâtre de la Bastille à Paris.
1993-1995. Parution de Gibelotte (Matias et Pinget) chez Jean-Marie Place. En décembre 1993, exposition : « Robert Pinget et ses amis peintres » à la Bibliothèque Municipale de Tours.
Adaptation de Théo au Théâtre Mouffetard, mise en scène de Jacques Seller (1994).
Publication de L'Affaire Ducreux, suivi de De rien, Nuit, Le Bifteck (1995). Autour de Mortin au Conservatoire de Paris, mise en scène Jean Boillot, décors Emmanuelle Sacchet et Annabel Vergne.
1997. Publication du « dernier » carnet : Taches d'encre.
Autour de Mortin, téléfilm de Gérard Mordillat pour la télévision.
Adaptation de L'Hypothèse par Clyde Chabot, Théâtre de la Cité à Bordeaux
(mars).
Adaptation de Quelqu'un par Anne Brigitte Kern et Jacques Seller au Théâtre du Petit Montparnasse (mai).
Exposition : « L'Atelier Robert Pinget », à la Bibliothèque Municipale de Tours (9 juin-5 juillet).
Premier Colloque international consacré à Robert Pinget : « Le Chantier Robert Pinget », Université de Tours, (2-5 juillet).

Mort de Robert Pinget. Tours le 25 août 1997.

(Chronologie publiée dans le catalogue de l"exposition : « L'Atelier Robert Pinget », Bibliothèque Municipale de Tours (9 juin-5 juillet 1997).


Robert Pinget par lui-même.
« Né à Genève en 1919.
Enfance magnifique en famille.
Études classiques au collège, puis études de droit jusqu'au brevet d'avocat.
Mobilisé en 39-45.
Installé à Paris en 1946.
Y travaille d'abord la peinture, puis reprend définitivement la littérature.
Première publication d'Entre Fantoine et Agapa en 1951, suivie de nombreux romans, pièces de théâtre et de radio. Liste exhaustive page 4 du roman L'Ennemi, 1987, publié à Minuit comme tous ses autres livres.
A fait beaucoup de voyages, de conférences et de lectures dans les universités de quatre continents.
En 1966, tout en gardant sa nationalité genevoise, a repris la nationalité française de son grand-père maternel et de son arrière-grand-père paternel.
A bénéficié d'une place d'honneur au Festival d'Avignon 1987 et du Prix national des Lettres la même année.
Travaille aujourd'hui de préférence en Touraine. »

(Notice rédigée en 1988. Parue dans Le Dictionnaire : littérature française contemporaine, publié sous la direction de Jérôme Garcin aux Éditions François Bourin en 1988, et dans la réédition augmentée de cet ouvrage publiée sous le titre Dictionnaire des écrivains contemporains de langue française : par eux-mêmes, aux Éditions Mille et une nuits en 2004).

Bibliographie
* À Ste Nitouche [par] Chalune [pseudonyme de Robert Pinget] (Genève, chez l'auteur, s.d.).
* Entre Fantoine et Agapa, nouvelles (La Tour de feu, 1951 ; Minuit, 1966).
* Mahu ou le matériau, roman (Robert Laffont, 1952 ; Minuit, 1956).
* Le Renard et la boussole, roman (Gallimard, 1953 ; Minuit, 1971).
* Graal Flibuste (Minuit, 1956 ; version intégrale, 1966).
* Baga, roman (Minuit, 1958).
* Le Fiston, roman (Minuit, 1959 ; Lausanne, L'Âge d"Homme, « Poche suisse » n°12, 1981).
* La Manivelle. The Old Tune, pièce radiophonique. Texte anglais de Samuel Beckett (Minuit, 1960).
* Lettre morte, pièce en deux actes (Minuit, 1959 ; 1970).
* Clope au dossier, roman (Minuit, 1961).
* Ici ou ailleurs, suivi de Architruc et de L'Hypothèse, théâtre (Minuit, 1961 ; Ici ou ailleurs, L"Avant-scène théâtre n°1107, 2002).
* L’Inquisitoire, roman (Minuit, 1962 et « double » n°10, 1986).
* Autour de Mortin, dialogues (Minuit, 1965 ; L’Avant-scène théâtre n°813-14, 1987).
* Quelqu’un, roman (Minuit, 1965).
* Cette chose, avec dix eaux-fortes de Jean Deyrolle (René, 1967 ; Deyrolle, 1990).
* Le Libera, roman (Minuit, 1968).
* Passacaille, roman (Minuit, 1969).
* Identité, suivi de Abel et Bela, théâtre (Minuit, 1971).
* Fable, récit (Minuit, 1971).
* Paralchimie, suivi de Architruc, L’Hypothèse et Nuit, théâtre (Minuit, 1973).
* Cette voix, roman (Minuit, 1975).
* L’Apocryphe, roman (Minuit, 1980).
* Monsieur Songe, récit (Minuit, 1982).
* Le Harnais, carnets (Minuit, 1984).
* Charrue, carnets (Minuit, 1985).
* Un testament bizarre, suivi de Mortin pas mort, Dictée, Lubie, Le Chrysanthème, Sophisme et sadisme), pièces radiophoniques (Minuit, 1986).
* L’Ennemi, roman (Minuit, 1987).
* Du nerf, carnets (Minuit, 1990).
* Théo ou Le temps neuf, roman (Minuit, 1991).
* De rien, pièce radiophonique, lithographies d’Eduardo Arroyo (Maeght, 1992).
* Gibelotte (Jean-Michel Place, 1994).
* L’Affaire Ducreux, suivi de De rien, Nuit et Le Bifteck, théâtre (Minuit, 1995).
* Taches d’encre, carnets (Minuit, 1997).
* Mahu reparle (Editions des Cendres, 2009).
* La Fissure, précédé de Malicotte-la-frontière (Métispresse, 2009).
* Le Chrysanthème (Editions Zoe, 2013).

Site : www.robert-pinget.com



 


Aux Editions de Minuit

Poche « Double »

Livres numériques

Voir aussi

* Samuel Beckett, Cendres, avec La Dernière bande. Traduit de l’anglais par Robert Pinget et l’auteur.
* Samuel Beckett, Tous ceux qui tombent. Traduit de l’anglais par Robert Pinget et l’auteur.

Sur Robert Pinget :
* Revue Critique n°485, octobre 1987, numéro spécial,  Robert Pinget  (Minuit, 1987).